Livraison gratuite dès 55 €
Paiement sécurisé
Retours gratuits sous 120 jours
Livraison gratuite dès 55 €

Estée Lauder

129 articles
Estée Lauder

Filtrer par

Genre
Série
Prix
Type de produit
Trier par
  • Les plus populaires
  • Nom de A à Z
  • Nom de Z à A
  • Prix croissant
  • Prix décroissant
  • Nouveautés
page1de6

Estée Lauder, la Coco Chanel américaine

Estée Lauder s’est imposée au fil des ans comme l’une des principales entreprises américaines de cosmétiques. Avec les soins Estée Lauder se déclinant en produits pour la peau, en produits pour les cheveux et en parfums, la jeune Américaine d’origine hongroise a conquis le monde du luxe et de la beauté. Épaulée par son mari, elle a construit un empire par-delà les frontières, créant plusieurs franchises dont la célèbre marque Clinique, également disponible sur notre boutique en ligne.

Les soins Estée Lauder sont réputés pour leurs innovations technologiques, les rendant redoutablement efficaces en plus d’être sûrs, doux et agréables à utiliser. La gamme qu’elle a créé est le fruit d’une visionnaire, Estée, soutenue par la suite par des ambassadrices prestigieuses comme Elizabeth Hurley et Gwyneth Paltrow.

Estée Lauder, un héritage européen

Si Josephine Esther Mentzer, aujourd’hui connue comme Estée Lauder, est née à New York et a grandi dans le quartier du Queens, elle aura tout appris, ou presque, de sa famille hongroise. Ses parents, Rose Schotz et Max Mentzer, tous deux nés en Hongrie, ont quitté le Vieux Continent dans les années 1880 pour New York. C’est là que naît, un 1er juillet 1908, Estée Lauder. Elle fréquente la Newton High Scholl d’Elmhurts dans le Queens tout en travaillant dans la quincaillerie familiale. La jeune Josephine Esther, dite Esty ou Estée, rêve de devenir actrice lorsqu’elle se pique, finalement, de vendre à ses amies les crèmes et lotions issues du laboratoire de son oncle hongrois, John Schotz. Elle leur donne même des noms vendeurs, comme la Super Rich All-Purpose Cream. Estée Lauder démarchera ensuite les boutiques et salons de beauté de New York avant de solliciter son oncle, qui s’est construit un laboratoire de fortune dans la cuisine, pour qu’il lui apprenne à concocter des crèmes. Jolie jeune fille, coquette, Estée Lauder se montre sensible à la beauté et aux soins.

C’est à la fin des années 1920 que Josephine Esther Mentzer devient Estée Lauder en épousant Joseph Lauter. Suite à une erreur d’orthographe au moment de l’arrivée à New York de la famille de Joseph, venue d’Autriche, le couple décide de garder le nom erroné de Lauder. Installés à Manhattan, Estée Lauder continuait de faire la démonstration des produits de son oncle dans les salons de beauté quand, avec Joseph, ils ont l’idée de créer leur propre société. Ils franchissent le pas en 1946. Ils décrochent un premier contrat pour 800 $ l’année suivante qui marque le début d’une immense fortune.

Les premiers succès d’Estée Lauder

Les débuts sont modestes, le couple ne produisant que quatre types de produits : un soin hydratant, un crème pour les mains, une huile pour nettoyer la peau et un tonifiant pour la peau.

Les premiers succès viennent des parfums. Le premier, sorti en 1953, est Youth Dew, qui fait à la fois parfum et huile de bain. Alors qu’en France le parfum, autrefois onéreux, se démocratise et se place derrière les oreilles, Estée Lauder imagine un parfum à mettre dans son bain pour sortir de sa toilette propre et parfumée. Plutôt que de placer leur fragrance sur la peau, comme l’on fait avec les parfums français, les clientes adhèrent à l’idée de parfumer l'eau de leur bain. Le succès est au rendez-vous puisque, dès la première année, Estée Lauder écoule 50 000 flacons de son parfum. En 1984, ce seront 150 millions d’exemplaires qui seront vendus !

En 1948, le couple monte une première boutique Estée Lauder dans le fameux magasin Saks Fifth Avenue à New York. En 1960, la compagnie prend une tournure internationale en s’implantant, d’abord, à Londres dans la boutique de luxe Harrods, puis à Hong Kong.

Le deuxième succès viendra également des parfums grâce à la franchise Aramis lancée en 1964. Trois ans plus tard, en 1967, Estée Lauder est classée par les éditeurs américains parmi les dix plus grandes femmes d’affaires des Etats-Unis. C’est le début de récompenses en cascade, notamment le Spirit of Achievement Award de l’Albert Einstein College of Medicine en 1968.

Estée Lauder pour les hommes

Le groupe se fait encore remarquer en 1976 par une décision alors unique en son genre. Estée Lauder sépare les genres en 1976 en créant une ligne de produits pour la peau destinée aux hommes. Ainsi, aujourd’hui, sur flaconi, vous pouvez retrouver une vaste sélection de produits Estée Lauder pour hommes et femmes en sélectionnant le genre dans les filtres. Parcourez également les promotions et les parfums afin de trouver plus de produits.

Cinq ans plus tard, en 1981, Estée Lauder surprend de nouveau le monde de la cosmétique en introduisant ses produits en Union soviétique.

Estée Lauder, une icône américaine

Estée Lauder est un peu la Coco Chanel des Américaines. Comme l’égérie française, elle évolue dans une grande métropole effervescente, où l’art et l’innovation ont toute leur place. Elle fait partie de la génération des Givenchy, Dior et Balenciaga, des grands noms qui révolutionnent la mode et le cosmétique. Comme eux, Estée Lauder cherchait l’inspiration dans l’élégance des belles années de l’entre-deux-guerres. Elle n’a pas hésité à voyager régulièrement en Europe, notamment dans le sud de la France et à Londres, mais aussi à Palm Beach pour rester à l’écoute des besoins des femmes et à la pointe de son époque. Estée Lauder aimait les musées, l’art et la culture. Elle avait tissé de nombreuses amitiés parmi les grandes figures d’Hollywood, les têtes couronnées et les artistes de l’avant-garde.

Parmi les nombreuses récompenses reçues au cours de sa vie, elle était particulièrement fière d’avoir été décorée de la Légion d’honneur française. Généreuse, Estée Lauder fut une grande mécène. Elle a soutenu financièrement, la restauration du Château de Versailles et de la Grande Synagogue de Budapest, la plus grande d’Europe, ainsi que le développement de Central Park.

Pour en savoir plus sur Estée Lauder, un documentaire a été publiée sur l’Américaine en 1985, The Sweet Smell of Success.